Sénégal – Colère des travailleurs de l’Hôpital de Kaolack

La crise que traverse l’hôpital régional El Hadji Ibrahima Niasse de Kaolack vient d’atteindre son paroxysme. Très outrés par la gestion de leur hôpital, les travailleurs, en mouvement de grève illimité, ont séquestré hier le directeur dudit hôpital. Ils exigent son départ de la structure hospitalière.

Il s’en est fallu de peu pour que l’irréparable se produise à l’hôpital régional El hadji Ibrahima Niasse de Kaolack. Aux environs de 12 h, des travailleurs ont pris à partie leur directeur qu’ils ont cloué à l’intérieur de son bureau. Ceci, au terme d’une assemblée générale de l’intersyndicale de la santé. Une manifestation organisée dans l’enceinte de l’hôpital.

Très dégoûtés par les conditions précaires que traverse cet hôpital, ces travailleurs sont montés au créneau pour exiger le règlement définitif de la crise. Ils réclament le départ pur et simple du directeur de l’hôpital, ainsi que celui de « son agent comptable particulier. » En accusant ces derniers d’avoir plongé l’hôpital régional de Kaolack depuis plus d’une année, dans une léthargie. Et d’après le porte-parole des grévistes, le docteur Ousmane Guèye, « la situation à l’hôpital de Kaolack est devenue inadmissible. Car, l’argent est mal utilisé et rien ne marche dans cet hôpital. »

Malgré l’intervention des forces de l’ordre qui ont pu aider à décanter la situation et libérer le directeur, les travailleurs se sont opposés à l’interpellation de deux de leurs dirigeants par les éléments de la police.

Nullement ébranlés, les travailleurs de l’hôpital ont décrété un arrêt de travail illimité, avant d’inviter les autorités à auditer la gestion du directeur.

Récusant catégoriquement les accusations portées contre lui, le mis en cause, Ambroise Thiankane, parle de mauvaise foi de ses collaborateurs, « qui ne s’occupent que de questions pécuniaires. » Toutefois, le directeur de l’hôpital a affirmé que la structure souffre d’énormes difficultés dues principalement à la faiblesse des recettes et des subventions allouées par l’Etat et au conseil régional. « Nous ne recueillons annuellement que 506 millions de francs de recettes, alors que les dépenses de cet hôpital tournent autour de 556 millions de francs », regrette Ambroise Thiankane.

L’observateur, 1er mars 2008

Source ou site Web en rapport : Solidarité Ouvrière - http://communisme.wordpress.com
Publié par  Presse