Roland Diagne, porte parole du CSP59, a été libéré

Le porte parole du CSP59 placé en garde à vue ce matin vers 10H40 a été libéré ce mercredi soir vers 18H30 alors que démarrait le rassemblement hebdomadaire des sans papiers place de la république/parvis des Droits de l’Homme à Lille. Ce rassemblement a lieu tous les mercredi et ceci depuis aout 1996.

Ce mercredi 30 janvier 2008 à 10h48, Roland Diagne, porte parole du CSP59, qui répondait à une convocation de la police a été placé en garde à vue. A 11h, il est conduit, accompagné de huit policiers de la police judiciaire, au local du CSP59 pour une perquisition sur commission rogatoire. D’après les policiers, le juge répondait à une plainte de Madame la Ministre de l’Intérieur pour atteinte à l’intégrité de la police dans les tracts des 13 et 17 août dernier.

Les huit policiers se sont ensuite rendus au domicile personnel de Roland Diagne pour les mêmes motifs. Cette interpellation intervient quelques semaines après la mise en garde à vue d’un des membres de la commission juridique du CSP59, alors interpellé dans le cadre d’une enquête pour « trafic d’influence » n’ayant pas donnée lieu une mise en examen. Roland Diagne avait dans les mêmes temps été auditionné à deux reprises, la troisième convocation ayant été annulée par les services de police eux-mêmes.

Les personnes présentes ce matin lors de la perquisition au local du CSP59 ont questionné les policiers sur le déploiement d’une telle force (8 agents) pour rechercher deux tracts qui par ailleurs sont systématiquement rendus publics. Les policiers ont répondu que « c’était pour sa protection. » Ainsi, « çà lui éviterait des va et vient pour raisons d’enquête et en même temps cela lui permettrait d’entrer en contact avec son avocat et son médecin s’il en avait besoin » (sic). Cette mise en garde à vue est une nouvelle attaque contre le mouvement des Sans Papiers après les tentatives infructueuses et vaines de cet été contre les grévistes de la faim.

La liquidation des accords Delarue n’est pas du seul fait du Préfet Canepa mais aussi une volonté politique au plus haut niveau de l’Etat. Ceci explique qu’après la mise en garde à vue de M. Nwatsock à la demande du Préfet du Nord, Monsieur Canepa, on assiste à une nouvelle plainte de Mme Alliot-Marie, Ministre de l’Intérieur pour « atteinte à l’intégrité de la police »(selon les dires des policiers présents à la perquisition de ce matin).

Les Sans Papiers ne sont pas dupes, cette nouvelle judiciarisation est le nouveau cheval de Troie d’une politique répressive qui vise principalement les militants du mouvement démocratique. Les Sans Papiers, en première ligne de cette attaque et leurs nombreux soutiens sauront une fois de plus résister à cette nouvelle offensive policière, vaine et inutile, et ne perdront pas de vue leur objectif principal : la régularisation de tous les Sans Papiers et en premier lieu la régularisation des 56 grévistes de la faim, conformément au respect de la parole donnée en septembre dernier, par Monsieur Canepa lui-même.

Loin de décapiter le mouvement, l’arrestation d’un des porte parole du CSP59 renforce la détermination de tous les Sans Papiers et de leurs soutiens. Le CSP59 en appelle, comme il l’avait déjà fait, à la mise sous surveillance du Préfet du Nord contre les pratiques liberticides auxquelles nous sommes confrontés depuis ces derniers mois.

Rassemblement ce mercredi 30 janvier 2008
à 18h30 Place de la République Lille

Comité des Sans Papiers 59 (CSP59)

Publié par  Rhizome