« Racollage passif » : une loi sexiste !

Les médias, et la société dans son ensemble, nous répètent que les « femmes occidentales » ont la « chance » d’avoir le droit de s’habiller et de vivre comme elles l’entendent... Ce discours vise à éteindre oute résistance féministe : « c’est bien pire ailleurs, donc estimez-vous heureuses ici et taisez-vous. ».. Pourtant, c’est faux : malgré les sempiternels discours sur la liberté, nous ne sommes pas libres. Nous, les femmes, nous ne pouvons pas nous habiller comme nous le voulons pour sortir, ni aller où nous voulons à l’heure que nous voulons. Selon notre apparence, nous sommes jugées respectables ou non.

L’article 18 de la loi de Sécurité intérieure qui condamne le racollage passif dans l’espace public permet, en fait, de punir toute femme dont la tenue ou l’attitude est jugée racolleuse. On peut se demander quand, au juste, commence la tenue et l’attitude « racolleuse » et quand elle s’arrête ; d’autant qu’au même moment, dans la rue, des photos géantes martèlent aux femmes l’injonction de séduire à tout prix, en premier lieu avec leur corps, en adoptant des poses aguicheuses.

Aux féministes qui tentent d’obtenir une loi antisexiste dans la publicité (entre autres), on répond souvent qu’il est difficile d’établir la limite entre une image sexiste et une image non sexiste. En 2002, Nicolas Sarkozy, lui, a décidé que l’on pouvait facilement distinguer une attitude racolleuse d’une attitude non racolleuse. A qui revient-il aujourd’hui de déterminer cette différence ? Aux policiers et aux juges...

Cette loi qui condamne les femmes à une amende de 3 750 euros et jusqu’à deux mois de prison parce qu’elles captent l’attention et le désir des hommes est bel et bien une loi sexiste. En s’attaquant aux prostituées, cette loi s’attaque à toutes les femmes.

Combattons les discriminations qui touchent les prostituées et la criminalisation qu’elles subissent. Pour une égalité entre les sexes et entre les sexualités, à bas le patriarcat !

Le Collectif Contre le Publisexisme (CCP)
145, rue Amelot – 75011 Paris
http://ccp.samizdat.net

Publié par  Rhizome