Maroc - L’affaire Fouad Mourtada ; police, Maroc Telecom et Facebook

Fouad Mourtada, 26 ans, a eu l’imprudence de créer sur Facebook, l’espace de quelques jours, un profil au nom du Prince Moulay Rachid du Maroc. Une plaisanterie peu appréciée de « notre ami le roi », puisqu’Il est ensuite enlevé par la police marocaine, sur la base d’informations fournies par Maroc Telecom (et sans doute Facebook).

Une semaine après sa « disparition », puis son incarcération par la police marocaine le mardi 5 février, il a été enfin possible pour la famille de Fouad Mourtada de lui rendre visite le mardi 12 février après-midi à la prison de Oukacha à Casablanca.

Fouad Mourtada, effondré après une semaine de détention, a rapporté les faits suivants :

« J’ai été appréhendé au matin du Mardi par deux individus qui m’ont embarqué dans un véhicule puis m’ont placé un bandeau noir sur les yeux. Après à peu près un quart d’heure on m’a à nouveau fait changer de véhicule, puis emmené dans un bâtiment pour y subir un interrogatoire. Là j’ai été persécuté, roué de coup, de gifles, crachats et insultes. On m’a aussi frappé pendant des heures avec un appareil sur la tête et sur les jambes. Ce calvaire a duré tellement longtemps que j’ai perdu connaissance plusieurs fois et aussi perdu la notion du temps. J’ai été totalement surpris d’apprendre lorsqu’on m’a à nouveau changé de lieu qu’on était le mercredi. »

Il est à noter que la MAP (l’agence de presse officielle) a indiqué que Fouad Mourtada a été interpellé le Mercredi 6 février. Son colocataire, ses amis et sa famille, le recherchent depuis le mardi 5. Cela correspond aux 24 à 36 heures de tortures qui ont précédé l’annonce de la MAP et le démarrage de la procédure « légale » cette fois.

Concernant la création du profil du Prince Moulay Rachid sur Facebook, Fouad Mourtada a indiqué qu’il l’avait fait, quelques jours, sans aucune intention de nuire et par pure plaisanterie à l’instar des milliers de profils de célébrités et de stars qui figurent sur le site social. Il a aussi indiqué n’avoir envoyé aucun message à qui que ce soit de ce compte.

Beaucoup de personnes, dont le comité de soutien à Fouad Mourtada, soupçonnent en outre Facebook d’avoir collaboré avec la police marocaine par la divulgation de l’adresse IP avec laquelle le jeune ingénieur de 26 ans a créé le compte en question, ce qui a in fine permis son identification grâce à la complicité de Maroc Telecom, le principal Fournisseur d’accès Internet marocain.

Le procès du jeune homme, très attendu, est prévu pour le 15 février.

Publié par  Anonyme