La manif du 4 décembre 2007 à Caen

Malgré le vote du déblocage du campus1 (campus 2 rebloqué aujourd’hui), env. 1500 personnes partent en cortège depuis le phénix (campus1). Quelques incidents...

Après la vague de répression de jeudi et vendredi dernier, les étudiants, lycéens, précaires et chômeurs et autres vermines gauchisantes ont montré leur détermination à la flicaille.

Nous avons vu surgir de multiples pancartes, drapeaux, et autres objets à manche, et surtout de nombreux boucliers anti-anti-émeute (donc pro-émeute), qui ont d’ailleurs prouvé leur efficacité. Après un parcours en centre-ville, la manif s’arréte place Saint-Pierre (à Caen, pas à Rome). Une barricade est dressée, un feu de joie (et de rage) est allumé.

Quelques instants plus tard, par l’odeur du pneu brûlé alléché, la flicaille se pointe. Ils s’avancent vers la barricade déterminés. Nous ne bougeons pas. Finalement, quand ils arrivent à 5 mètres de nous, boucliers contre boucliers, nous reculons un peu. Moults grenades lacrymo sont lancées (parfois renvoyées -bien joué !). Cela n’effraie point les manifestants qui jouent à recule un peu, avance un peu, bref, reste en position (même si on quand même un peu reculer). Les lignes tiennent, les flics n’osent pas charger (probablement grâce à la ligne de boucliers en tête). Quelques flics de la BAC tentent un guet-apens en passant par une rue adjacente pour « cueillir » des manifestants, mais n’y arrivent pas. Tout le monde reste groupé et déterminé. Finalement, les flics se barrent.

On remonte gentillement à la fac. C’est alors qu’un amas de poubelles prend feu par inadvertance en plein milieu de la rue. Les malins, ces flics, ils arrivent longtemps après par l’autre côté du campus. S’ensuit un face-à-face entre les manifestants et les flics (qui n’ont visiblement pas eu l’autorisation de pénétrer sur le campus -dommage, pour une fois qu’on pouvait jouer à domicile). Finalement, après un long moment et une âpre négociation (pas cool), les flics qui avaient encerclé la fac se barrent et nous nous dispersons.

Message clair des manifestants aux gouvernants aujourd’hui : matraquez, gazez, inculpez des jeunes, ils reviendront équipés et encore plus déterminés ! ! !

PS : aucune interpellation n’a eu lieu aujourd’hui, ou peut-être deux en marge de la manif. Munissez-vous tous de drapeaux, pancartes, boucliers, et autres accessoires...

Source ou site Web en rapport : Paris Indymedia - http://paris.indymedia.org
Publié par  Rhizome