Inde - L’éditeur du magazine People’s March est arrêté

Le 19 décembre dernier, la police de l’État du Kerala, situé dans le sud de l’Inde, a procédé à la perquisition des locaux du magazine People’s March et à l’arrestation de son éditeur, Govindan Kutty. Âgé de 65 ans, celui-ci est désormais accusé d’avoir « propagé la sédition » et de s’être livré à des « activités criminelles. » Il est actuellement détenu dans la prison d’Aluva, où il poursuit une grève de la faim pour obtenir sa libération immédiate. Selon des militants des droits de l’Homme qui ont pu lui rendre visite mardi dernier, les autorités pénitentiaires ont tenté de l’alimenter de force, cela, après l’avoir ligoté (newindpress.com, 09/01/2008). Compte tenu de son âge, il va sans dire que la vie et la santé de Govindan Kutty sont actuellement en jeu.

Le magazine People’s March est publié légalement en Inde depuis plus de sept ans déjà. Cette publication indépendante rapporte les activités de la guérilla maoïste et des différents mouvements de résistance en Inde et dans la région de l’Asie du Sud. People’s March est notamment disponible dans de nombreux kiosques à journaux et bibliothèques publiques, dans la plupart des grandes villes indiennes.

Il y a un an, le site Web du magazine avait été bloqué sur ordre du gouvernement indien, qui avait refusé de fournir quelque raison pour justifier son geste. Les éditeurs du magazine ont réussi à contourner cet acte de censure en ouvrant un « blogue » [1], sur lequel on peut trouver une partie de ses archives.

L’arrestation de Govindan Kutty et la censure du magazine People’s March font voler en éclats les prétentions de l’État indien, qui se veut « la plus grande démocratie au monde. » L’État du Kerala est dirigé par un gouvernement du « Front démocratique de gauche » – une coalition animée par le Parti communiste de l’Inde (marxiste) (le principal parti révisionniste). En procédant à l’arrestation de Govindan Kutty, il semble que les autorités du Kerala aient agi sur ordre du gouvernement central. Cette capitulation honteuse, de la part de soi-disant communistes, témoigne à nouveau du fait que la volonté de créer un « État de droit » dans un pays où les tâches de la révolution nationale et démocratique n’ont pas encore été complétées ne constitue qu’une illusion.

Le comité de l’Association des Droits Démocratiques à Genève dénonce cette attaque contre la liberté de presse et exige la libération immédiate et inconditionnelle de Govindan Kutty. Les autorités indiennes devront répondre de quelque atteinte à sa vie ou sa santé qui pourrait se produire, du fait de sa détention actuelle.

Association des Droits Démocratiques à Geneve

Source ou site Web en rapport : Indymedia Suisse - http://ch.indymedia.org/fr/

[1] http://peoplesmarch.googlepages.com

Publié par  Rhizome