Ici l’Etat belge investit dans une morgue

Mini reportage sur la grève de la faim des 162 sans papiers qui occupent le 91 de la rue Royale à Bruxelles depuis le 1er janvier.

You need to have the Flash Player installed and a browser with JavaScript support.

Un bâtiment public (de la communauté française), au 91 de la rue Royale à Bruxelles, inoccupé depuis deux ans, a été investi, en action conjointe de groupes multiples de « sans-papiers », de l’Udep (Union pour la défense des sans-papiers), de syndicats (logistique), du FAM (Forum Asile Migrations), de certains politiques... pour y entamer une grève de la faim « au finish ». La grève étant le seul moyen aujourd’hui pour les sans papiers de faire valoir leurs droits.

L’occupation s’est faite en deux temps : de 40 grévistes au départ, 160 personnes se sont mobilisées (en tout), en quelques jours (une dynamique d’amplification du mouvement s’est développée : des familles sont venues, des personnes de communautés guinéennes, indiennes, tunisiennes, kurdes, équatoriennes se sont passées le signal). Sur place, la solidarité des participants est forte : répartition de responsables familiaux qui veillent au respect de certaines règles, ce qui représente un vrai encouragement interne, vu la difficulté à participer à des grèves de ce type.

Leur but commun est clair : faire bouger au plus vite la situation en Belgique.

Vous pouvez leur être d’une très grande aide en écrivant un mail au ministre Dewael (patrick dewael.com) pour lui demander de régulariser ces sans-papiers qui vivent depuis de nombreuses années en Belgique. Ils participent à l’économie du pays, mais n’y ont aucun droit. Ils veulent vivre.

Documents joints

Publié par  Investigaction