Contre le sida, Nicolas Sarkozy n’a rien de concret à proposer

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, Act Up-Paris investit la place Vendôme pour y déployer une dizaine de banderoles qui ont marqué son histoire et qui rappellent la réalité de la pandémie : « Sida : la précarité tue », « Malades expulsés, malades assassinés », « Combattez le sida, pas les sidéens », « The world is burning », etc.

Aujourd’hui, 1er décembre 2007, journée mondiale de lutte contre le sida, Nicolas Sarkozy s’est rendu dans un grand hôpital parisien, et a reçu les associations de lutte contre le sida à l’Elysée. Pas la moindre mesure anti-sida n’a été prise à l’occasion de ces deux « évènements ».

Pourtant, l’épidémie du sida ne cesse de croître, en France et dans le monde, alors même que les moyens de prévention et de traitement de la maladie restent horriblement sous-utilisés, à défaut de moyens financiers et de leadership politique suffisants.

Le gouvernement prévoit pour 2008 d’exclure des soins, via le dispositif des franchises, les malades français les plus pauvres, et de couper les traitements à 30,000 malades du Sud actuellement pris en charge par la France à travers le Fonds mondial et UNITAID.

En cette journée mondiale de lutte contre le sida, Nicolas Sarkozy a choisi de ne rien faire.

Act-Up Paris
1er décembre 2007

Source ou site Web en rapport : Act-Up Paris - http://www.actupparis.org
Publié par  Rhizome