Communiqué sur l’occupation Haut commissariat aux solidarités

Actuellement, les sans-papiers sont obligés de vivre cachés ; ils sont traqués, raflés et leurs droits fondamentaux sans cesse sont bafoués. Ils vivent des situations inhumaines, n’ont accès ni au logement ni à la santé, et sont surexploités, corvéables à merci, et maintenus dans la peur pour qu’ils ne revendiquent pas leurs droits.

Les sans-papiers qui subissent ces situations sont aussi victimes de la répression.

Mardi 12 février, très tôt le matin, la police est venue au Foyer de la rue des Terres au curé et a raflé les sans-papiers sous prétexte d’insalubrité des locaux et a détruit des installations déjà vétustes, saccagé et dispersé les affaires personnelles. Les sans-papiers ont été triés, puis emmenés au dépôt de Cité et notamment au centre de rétention de Vincennes.

On se souvient de la hache contre la porte de l’église Saint Bernard, aujourd’hui ce sont les foyers de travailleurs immigrés.

Comment se fait-il qu’aucune voix ne s’élève pour protester contre ces événements ? Comment se fait-il que la presse était informée et présente en même temps que la police ? Derrière cette opération se cache l’objectif de faire du chiffre.

Nous demandons la libération des sans-papiers injustement interpellés et mis en centre de rétention.

Nous demandons que ces opérations cessent et qu’elles n’aient plus jamais lieu.

ARRÊT DES RAFLES ET DES EXPULSIONS
FERMETURE DES CENTRES DE RETENTION ET DES ZONES D’ATTENTE
REGULARISATION DE TOUS LES SANS-PAPIERS

9ème Collectif des Sans-Papiers

9eme_collectif no-log.org
http://9emecollectif.net

Publié par  Rhizome