Christian Vanneste cautionné, la lutte contre l’homophobie réprimée

Ce ne sont pas deux, mais bien trois militants d’Act Up qui ont été arrêtés suite à l’action de ce midi ( samedi 12 janvier – NdlR)pour protester contre l’investiture par l’UMP de Christian Vanneste. Après notre dernier communiqué, nous avons obtenu confirmation de la part du commissariat du quinzième arrondissement qu’ils étaient mis en garde-à-vue. On a refusé de nous indiquer les motifs, nous demandant de venir pour obtenir des nouvelles. Nous appelons donc à un rassemblement devant le commissariat, pour avoir ces informations et exigeons la libération de ces militants, dont certains sont malades.

L’UMP consacre l’homophobie de Christian Vanneste et la rend éligible. L’UMP fait enfermer les militants qui leur demandent des comptes sur la haine que ce parti affiche envers les personnes homosexuelles.

UMP, parti homophobe

Aujourd’hui, samedi 12 janvier, lors du Conseil national de l’UMP, au Palais des sports, Porte de Versailles à Paris, des militants d’Act Up-Paris ont interpellé le Président Sarkozy et les dirigeants du parti sur l’investiture de Christian Vanneste aux municipales à Tourcoing, et le « soutien plein et entier » qui vient de lui être accordé, malgré sa condamnation pour homophobie. Tandis que trois activistes tentaient de se faire entendre dans la salle, des militants manifestaient et distribuaient des tracts à l’entrée.

Monsieur Vanneste a été condamné par la Justice, en janvier 2007, à 3 000 euros d’amende pour injures publiques, à la suite des propos discriminatoires envers les homosexuelLEs qu’il avait tenus en janvier 2005 et plusieurs fois réitérés.

Déjà, lors des élections législatives de mars 2007, Monsieur Vanneste avait bénéficié du soutien tacite du parti présidentiel, qui n’avait alors pas présenté de candidat contre lui dans sa circonscription (10e du Nord). Ceci alors même que, lorsqu’il était à la tête de l’UMP, Monsieur Sarkozy, s’était publiquement engagé à l’exclure de son parti.

L’injure, l’appel à la haine et à la discrimination en raison de l’orientation sexuelle ne sont pas des opinions ; ce sont des délits. En accordant son investiture à Christian Vanneste, l’UMP rend l’homophobie éligible.

Act Up-Paris exige l’exclusion de Monsieur Vanneste de l’UMP

(Communiqué envoyé à l’occasion de cette action)

Publié par  Rhizome