Botswana - Simulacre de consultation minière

Des représentants de la firme-conseil Marsh Environmental Services ont entamé aujourd’hui un programme éclair de consultation de 12 jours à l’intérieur et à l’extérieur de la réserve naturelle du Kalahari central (CKGR) au Botswana. Cette visite s’inscrit dans le projet de développement d’une mine de diamant dans la réserve d’un coût de 2,2 milliards de dollars.

En 2002, le gouvernement du Botswana a déplacé contre leur volonté plus de 600 Bushmen hors de la réserve ; décision jugée depuis illégale et anticonstitutionnelle. Ces expulsions faisaient suite à celles, effectuées en 1997, de plusieurs centaines d’autres habitants de la réserve. Bien qu’un petit nombre d’entre eux aient pu retourner chez eux, la majorité se languit dans des camps de relocalisation à l’extérieur de la réserve. C’est dans ces camps que les Bushmen seront "consultés" à propos de la mine.

La mine en question serait construite à proximité de Gope, une communauté bushman située dans la réserve. Si le projet aboutit, il affectera à la fois les terres et la vie des Bushmen. Survival International estime que les Bushmen ne sont pas en mesure de donner leur consentement préalable, libre et informé à la construction d’une mine sur leur terre natale alors qu’il n’y ont toujours pas accès.

Les Bushmen ont obtenu le droit de retourner dans leurs communautés de la réserve en 2006 mais en réalité, le gouvernement du Botswana les en empêche en leur refusant le droit d’y chasser ou de rouvrir leurs puits. La plupart d’entre eux ne peuvent pénétrer dans la réserve sans autorisation préalable.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : « Le droit au consentement préalable, libre et informé des peuples indigènes dans les programmes de développement qui les concernent est inscrit dans la législation internationale. Comment les Bushmen pourraient-ils donner librement leur consentement alors que la plupart d’entre eux ne peuvent pas vivre sur leurs terres et que ceux qui ont réussi à y retourner ne peuvent se procurer ni eau ni nourriture ? »

Cette position fait écho à celle de First People of the Kalahari (FPK), l’organisation locale bushman. Tout en exigeant que ces consultations ne soient faites qu’une fois les Bushmen rentrés chez eux dans la réserve, le FPK demande qu’une étude d’impact indépendante soit effectuée et rendue accessible aux Bushmen.

Survival International (France)
22 janvier 2008

Source ou site Web en rapport : Survival International (France) - http://www.survivalfrance.org
Publié par  Rhizome